Présentation

mardi 18 septembre 2012, par admin.

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Les problèmes d’environnement posent une question fondamentale qui est celle des rapports entre l’homme et la nature ou, plus largement et plus précisément, des rapports entre l’homme, la matière et le vivant.
Tout scientifique travaillant sur des thèmes environnementaux est amené, dans sa spécialité, à s’interroger sur ces questions, car c’est en fait indirectement d’elles qu’il traite à travers sa démarche et ses recherches propres. Chacun a donc plus ou moins sa réponse ou, du moins, peut apporter sa parcelle de savoir pour contribuer à cette réponse.
Mais la division du travail scientifique segmente la connaissance et il est constamment nécessaire de travailler à une intégration et à une recomposition de ces savoirs. Les nécessités de l’action y contraignent tout particulièrement, mais la recherche a aussi besoin de ces vues d’ensemble qui fournissent des repères communs à une communauté scientifique œuvrant sur des problèmes susceptibles de s’éclairer les uns les autres. C’est une interdisciplinarité large, incluant les sciences de la Terre et de la vie, les sciences techniques et les sciences de l’homme et de la société, qui est indispensable.
Il faut donc multiplier les occasions d’échanges et de confrontations entre disciplines (et tout particulièrement entre sciences de la nature et sciences sociales), entre points de vue, entre partenaires sociaux concernés.

C’est dans ce but qu’a été créée en 1991 l’association Natures Sciences Sociétés - Dialogues par trois scientifiques (Marcel Jollivet, sociologue, Gérard Mégie, physicien, Jean-Marie Legay, biométricien). Ouverte aux chercheurs, aux enseignants, aux praticiens, cette association veut offrir un lieu de rencontre, de dialogue et de confrontations :

  • pour construire l’interdisciplinarité que requièrent les multiples questions posées par tout ce qui a trait à ces rapports ;
  • pour confronter les points de vue des praticiens et des scientifiques ;
  • pour forger les bases culturelles d’un nouveau regard de l’homme sur la nature et sur lui-même.

Pour cela, elle prend toute initiative destinée à développer ce dialogue ; elle soutient des séminaires, des colloques, une revue interdisciplinaire (Natures Sciences Sociétés) et une collection d’ouvrages (« Indisciplines »).

Cf. un des textes fondateurs écrit par Marcel Jollivet et Alain Pavé : L’environnement, un champ de recherche en formation, NSS, 1, 1, 1993, p. 6-24.

PDF - 3.9 Mo
Texte Jollivet-Pavé
PDF - 1 Mo
Commentaires
Version imprimable de cet article Version imprimable
SPIP | Site Meter | | Plan du site | Espace membres | Contact | Adhésion | Mentions | Suivre la vie du site RSS 2.0